Archives de Tag: émigration

Gourin City en Alberta

Gourin Citu en Alberta a fêté ses 100 ans... 4 familles de la région de Gourin ont fondé cette petite cité au Canada.
Grand merci à Boréal FM pour cette vidéo

Village de Gourin à Plamondon (Alberta)

2014: Le drapeau breton, d'Alberta et du Canada flottent à jamais à Gourin-City en Alberta (Canada)
 1914: Marie-Louise Ulliac (née Cospérec) venait prier ici pour que ses fils n’aillent pas à la Guerre… 2014: Les drapeaux breton, d’Alberta et du Canada flottent à jamais à Gourin-City en Alberta (Canada)
Village de Gourin à Plamondon (Alberta)
Village de Gourin à Plamondon (Alberta). 2014, il a été décidé par les gouvernements d’Alberta et du Canada de remettre Gourin sur la carte géographique.
Rose Royer organisatrice
 Rose Royer organisatrice
Lettre du maire de Gourin (Bretagne) lue par Rose Royer (descendante de la famille Ulliac)
 Lors de la cérémonie des 100 ans de Gourin-City. De gauche à droite : Sylvère Ulliac, Shayn Saskiw (Gouvernement provincial de l’Alberta), Fernand Ulliac et Marie-Rose Royer (descendants des pionniers de Gourin-City), Marie-Noëlle Ulliac (représentante de la Bretagne).
Descendants des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic
 Descendants des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic
Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
 Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
 Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
 Le monument édifié il y a 25 ans pour les 75 ans de l’arrivée des familles à Gourin-City
Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
 Levées des 3 drapeaux (Bretagne, Alberta et Canada) lors du weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
 Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
 Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
 Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
 Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
 Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
Rose Royer (descendante de la famille Ulliac)
 Rose Royer (descendante de la famille Ulliac)
Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
 Marie-Noëlle Ulliac (du Faouët), Ferdinand Ulliac, Rose Royer et Sylvère Ulliac (du Faouët).
Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
 Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
 Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
Lecture de la lettre du maire de Gourin (David Le Solliec) par Marie-Noëlle Ulliac
 Lecture de la lettre du maire de Gourin (David Le Solliec) par Marie-Noëlle Ulliac
Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
Shayn Saskiw (Gouvernement provincial de l’Alberta). « Gourin sera de nouveau sur la carte géographique de l’Alberta ».
Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
 Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)

Visitez l’exposition de Bretagne Trans America au château de Tronjoly à Gourin (56)


Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
 Le weekend du centenaire des familles Ulliac, Duigou, Cospérec et Le Rouzic, les 11, 12 et 13 juillet à Gourin (Alberta)
Centenaire de Gourin-city
Photo de Pierre-Marie Quesseveur – Centenaire de Gourin-city. La remise du livre sur Gourin-City le 5 aout 2014 à Tronjoly: De gauche à droite Jean François Baudet (président de BTA), Sylvère et Marie-Noëlle Ulliac (ambassadeurs de la Bretagne à Gourin-City les 11, 12 et 13 juillet), David Le Solliec (Maire de Gourin et Conseiller Régionale) et Eric Beaty représentant l’Ambassade des États-Unis à Paris et chargée des relations économiques au Consulat de Rennes)

Lettre de Monsieur David Le Solliec, maire de Gourin en Bretagne aux habitants de Gourin en Alberta.

Chers amis d’Alberta,
Gourin City fête cet été 2014 son centenaire.

Comment ne pas avoir une chaleureuse pensée d’amitié de Gourin, notre cité Bretonne ?
A travers l’océan, comme un miroir, laquelle des deux Gourin est le reflet de l’autre dans le miroir ?
Grâce aux mêmes femmes, grâce aux mêmes hommes, des familles portant le commun de ULLIAC, DUIGOU, COSPEREC et LEROUZIC ont bâti nos cités sœurs.
Gourin se traduit en vieux français par « en haut de la colline ».
Gourin City pourra à jamais se traduire par « en haut de nos espoirs », espoir des premiers émigrants partis à la conquête des terres canadiennes, à défricher, espoir de réussir leur vie de labeur, espoir de ces Amériques.
La réussite de ces Gourinois ne laisse rien au hasard. Le travail pour loi et l’honneur breton pour guide sont encore en 2014 nos outils à défricher.
Puisse Gourin City s’enrichir à travers le temps !
Puissiez-vous, amis d’Alberta, de Gourin City, garder dans votre cœur le sang de vos ancêtres bretons, si fiers ce jour de votre engagement sur ce continent américain !
En 2014, lorsque flotteront au vent américain l’un à coté de l’autre, les drapeaux de Bretagne, du Canada et d’Alberta à coté du monument érigé il y a 25 ans, sachez que le bruit de leur claquement résonnera au-delà de l’océan jusque dans la vallée qui entoure la belle ville de Gourin.
Nous sommes avec vous pour toujours.
Avec mon amitié et mes respectueuses pensées.

David Le Solliec

autre article sur Gourin-City

(Colin Royer) A la recherche de ses ascendants


Bretagne TransAmerica expose à San Francisco en Californie

L’exposition de Bretagne Transamerica de San Francisco

 

Fête de la Bretagne :

En ce mois de mai 2018, c’est la Fête de la Bretagne, avec plus de 150 événements à travers le monde, qui permet à un large public de découvrir toutes la richesse culturelle de la Bretagne.

Breizh Amerika :

Au cours des 4 dernières années, l’association Breizh Amerika a organisé des événements dans plus de 15 villes américaines, présentant à chaque fois la culture, la musique, la nourriture et la dynamique festive de la Bretagne.

Collaboration avec Bretagne Transamerica :

Deux vidéos réalisées par Jean François Baudet de Bretagne Transamerica à Gourin présentent les premières tournées. Un documentaire en trois langues (français, bretons et anglais) sur la tournée 2017 du réalisateur Yann Rivallain « Copains comme cajuns » enrichira l’exposition cet été au château de Tronjoly.

Breizh Amerika Collectif :

En ce mois de mai 2018, Breizh Amerika Collective sera à nouveau sur la route et 6 concerts auront lieux en Californie avec des artistes bretons comme Thomas Moisson, Julien Le Mentec et Gweltaz Rialland. Il faut ajouté le bassiste américain, Joe Kyle Jr (Pinetop Perkins, Martin Denny, et Al Kooper).

Exposition de BTA :

Une grande nouveauté accompagnera ces musiciens: Une partie de l’exposition gourinoise « Ces Bretons d’Amérique » sera présentée durant tout le mois de mai au Consulat de France à San Francisco. L’Alliance Française a monté avec Breizh Amerika, cette exposition sur la Bretagne et la particularité américaine de Gourin et sa région n’a pas manquée de les séduire.

Ces Bretons dans l’ouest de l’Amérique :

Par exemple, les Américains pourront découvrir l’histoire de ce médecin de Guémené sur Scorff qui a rejoint sa fiancée en Amérique au début du 20e siècle et qui finira médecin chez les Amérindiens avant de revenir en France pour la guerre 14-18. Ils pourront également découvrir ces Bretons qui ont participé à la notoriété mondiale de la « ruée vers l’or » à San Francisco ou encore ces Brestois qui ont été vedettes à Hollywood et qui détiennent un records mondial puisqu’ils comptent le plus grand nombre d’acteurs dans une même famille… Trois panneaux en français seront présentées intégralement comme à Tronjoly.

Nous avons une très grande pensée pour David Le Solliec et la municipalité de Gourin qui ont soutenu l’association depuis plus de 10 ans.  Le maire de Gourin a écrit sur Facebook être très honoré de cette nouvelle notoriété pour la commune.

En photo : un des panneaux qui s’appelle « Médecins Bretons au Far West » était ici présenté à Tim, de la tribu des Black Feet, qui est venu visiter la Bretagne en juillet 2017.

sixième étape: Scott et Arnaudville (dernier article)

Samedi 21 mai,

l'Acadiane

L’Acadiane

Nous nous trouvons dans la zone francophone de la Louisiane que l’on appelle « Acadiana » (Acadiane) qui compte environ 200 000 locuteurs de langue française. On pourrait comparer cette région au Kreizh-Breizh où sont concentrées les locuteurs de langue bretonne aujourd’hui.

Centre-Bretagne Ouest

Centre-Bretagne Ouest

Ce qui est frappant en arrivant à Scott, c’est que l’on trouve une zone artisanale comme chez nous avec notamment des fabricants de boudins cajuns…

Chez Bryan Thériot: La Gallerie Acadiane

Chez Bryan Thériot: La Gallerie Acadiane

On dirait que cette zone préservée par ses habitants qui parlent français, rime avec culture et conservation des traditions. Je ne me tromperais pas car en arrivant dans ce village de Scott, qui compte environ 4000 habitants, on nous accueille avec des drapeaux bretons accrochées aux galeries des maisons. Ici, on est accueilli les bras ouverts chez Bryan Thériot d’abord, notre guide depuis le départ, qui est artiste et possède une affaire dans un ancien bar où l’on vend des peintures, tee-shirts et souvenirs de la région Acadiane.

Gallerie Acadiane

Gallerie Acadiane

Il dessine lui-même les tee-shirts typiques pour la promotion de la culture Cadienne et la conservation de cette culture. On admirera également des peintures réalisées par lui et son ami d’enfance Michel Vincent. Toute la famille et les amis sont là dont les parents et la petite fille de Bryan. Les gens du village arrivent puisque ce matin, il y a concert à la « Gallerie Acadie » avec le Breizh-Amerika Collective et un duo Cadiens (violon et accordéon). C’est d’ailleurs lui, le violoniste Jourdan Thibodeau, qui est l’agriculteur et le producteur de boudin cajuns que l’on dégustera toute la matinée.

boudin cajun

boudin cajun

Le « boudin cajun » n’a pas rapport avec le nôtre. Il est fait à base de viande de cochon, de riz, de légumes, d’épices et est légèrement sucré ce qui lui donne une touche « créole ».

Ici, pour faire connaissance, à son tour, chacun se présente en quelques mots et dit ce qu’il souhaite que l’on retienne de lui. Et puis, une grande surprise et un grand honneur nous attend en la présence de Zachary Richard qui le chanteur mondialement connu depuis les années 80 et qui tournait sur les platines des radios libres.

Zachary Richard

Le grand Zachary Richard

Après la prestation des musiciens bretons et cadiens, Zachary n’hésite pas à entonner une chanson faisant référence à ses racines bretonnes également du côté de son arrière-arrière-grand-mère… Il nous confiera à l’oreille se souvenir depuis 30 ans de tous ses séjours en Bretagne exactement comme si c’était hier ! Sa dernière venue était justement pour le Festival Interceltique de Lorient l’année dernière.

Scott au couleur bretonne et acadiane

Scott au couleur bretonne et acadiane

En face de la Galerie Acadie, nous remarquons également des drapeaux bretons : En fait, il s’agit de la maison d’un célèbre artiste peintre qui a mis en évidence la culture Cadienne depuis les années 60 et qui fut le père de Mark, notre autre accompagnateur.

Floyd Sonnier que l’on appelait « Beau Cajun » ou encore « l’artiste des Cajuns »

Floyd Sonnier que l’on appelait « Beau Cajun » ou encore « l’artiste des Cajuns »

IMG_0649

Il s’agit du peintre au crayon et encre de Chine Floyd Sonnier que l’on appelait « Beau Cajun » ou encore « l’artiste des Cajuns ». Ce maître se spécialisait dans les dessins de mode de vie cajun, en particulier des scènes de famille de la première moitié du 20e siècle… Ici, on est très fier d’être Cajun et on conserve cette culture !

Nous notons qu’elle fut créée par un missionnaire de Pontivy, le père Jan

SAINT-MARTINVILLE: Nous notons qu’elle fut créée par un missionnaire de Pontivy, le père Jan

Nous poursuivons notre tour d’Acadiane avec Saint-Martinville. Cette paroisse est la plus ancienne de la communauté Cadienne en Louisiane. L’église est magnifique. Nous notons qu’elle fut créée par un missionnaire de Pontivy, le père Jan. Ici, se trouve également le grand-chêne d’Evangeline qui rencontra son fiancé…

Le chêne d'Evangeline

Le chêne d’Evangeline…

C’est l’Histoire du Grand Dérangement des Acadiens expulsés du Canada vers l’Europe après la défaite des Français lors de la guerre de 7 ans puis revenus de France et entre autres de Belle-île en mer après leur période de déportation. Un Mémorial des familles Acadiennes y a été construit avec tous les noms des occupants des sept caravelles qui ramenèrent les Acadiens en terre de Louisiane il y a 250 ans… Nous y avions appris qu’un Breton clandestin était à bord d’une des caravelles car il voulait rester avec sa fiancée… Ensuite, au déjeuner, nous mangerons de l’alligator frit au déjeuner suivit de Po-Boy (plat typique de Louisiane).

Déjeuner à Saint-Martinville

Déjeuner à Saint-Martinville

Il fait très chaud cet après-midi ! Nous poursuivrons notre tour de la région Acadiane par Arnaudville de l’autre côté de Lafayette… Le lycée agricole de Gourin entretient des échanges avec le collège agricole de cette petite ville de 4000 habitants. Ici, nous nous finirons notre périple au Nunu Art and Culture Collective qui est un lieu culturel et animé. Pourtant, il est situé en plein milieu d’un magnifique paysage agricole avec d’ancien séchoirs à maïs. Un ancien hangar transformé en un immense centre culturel qui fait aussi restaurant et salle de concerts.

Mavis à Arnaudville au Nunu Art and Culture Center

Mavis à Arnaudville au Nunu Art and Culture Center

Nous y rencontrons la célèbre Mavis qui accueille tout ce beau monde. Mavis est une ancienne employée de banque à la retraite, elle est également à l’initiative des échanges avec le Lycée Agricole de Gourin et elle nous confie vouloir prolonger et améliorer les relations avec la Bretagne. Elle organise tous les mardis un cours de fabrication artisanale de couvertures en patchwork et l’obligation des participantes est de communiquer uniquement en langue française. Mavis possède également un gite d’accueil pour les Bretons qui voudraient passer des vacances en Acadiane et plus particulièrement à Arnaudville. Elle me charge de rencontrer le maire de Gourin, David Le Solliec pour le saluer de sa part. Un groupe de trois musiciens cadiens joue pendant que les gens s’installent pour cette soirée spéciale « Bretagne – Acadiane» avec un menu où l’on dégustera bien sur des crêpes au sarrasin avec du boudin cajun…

Le groupe Breizh-Amerika Collective entamera un concert où le public est invité à danser

Le groupe Breizh-Amerika Collective entamera un concert où le public est invité à danser

Le groupe Breizh-Amerika Collective entamera un concert (le dernier) où le public est invité à danser. Quel courage sous cette chaleur qui mettra à mal l’accordéon de Thomas et la basse de Julien… Lors Landat, le chanteur sera impeccable et répondra en langue bretonne aux questions reçues par SMS des petits bretons des classes publiques bilingues sur une vidéo qui sera enregistrée. Charles fera l’interview de Michel Vincent qui est notre guide et ange-gardien avec Bryan depuis le début de ces trois jours…

On mettra à jour que nous avons le même combat. On fera état de cette autre bulle francophone entourée du monde anglophone qu’est l’Acadiane et de la responsabilité des derniers héritiers de préserver la langue française des Cadiens en Amérique. Nous apprendrons qu’au début du XXe siècle, les enfants francophones ont été interdits de parler leur langue comme en Bretagne pour la langue bretonne. Les écoliers qui parlaient français étaient punis et devaient se tenir à genoux sur des grains de riz… C’était horrible !

Ici on parle français

Ici on parle français

L’amitié des Cadiens nous a tout à fait éblouis pendant ce court séjour en Acadiane. Nous avions l’impression d’être dans un autre coin de Bretagne que nous ne connaissions pas. Une grande amitié et une fraternité sont nées et « de grandes choses seront à faire » dira Charles Kergaravat à l’initiative de ce grand projet de Breizh Amerika. Espérons ensemble que nous retrouverons très bientôt nos frères Cadiens que nous gardons dans notre cœur et qui nous manquent déjà !

C'est le départ!...

C’est le départ!…

Au revoir mes frères et sœurs Cadiens!

Clin d’œil de Bryan à la Bretagne et à l'Acadiane.

Clin d’œil de Bryan à la Bretagne et à l’Acadiane.

————————————-

Une vidéo retraçant le séjour de Breizh-Amerika et les échanges culturels et économiques avec les Etats-Unis sera présentée au Château de Tronjoly de Gourin avec une exposition de photographies. Cette exposition débute le 1er juillet 2016 et se termine le 31 aout 2016 et est réalisée en association avec Bretagne TransAmerica et A Ciel Ouvert. L’entrée est libre et elle est ouverte tous les jours de 11h à 12h et de 14h à 18h.

A noter également qu’un collectage-vidéo de témoignages de Bretons émigrés en Amérique aura lieu lors de la Fête de la crêpe à Gourin les 30 et 31 juillet 2016.

Rendez-vous à Tronjoly!...

Rendez-vous à Tronjoly!…

 

Quatrième étape: Nouvelle-Orléans (Louisiane)

Jeudi 19 mai,

Ce matin, le Collective 2016 prend l’avion de Chicago à La Nouvelle-Orléans. Aux États-Unis, on prend l’avion comme on prend le train en Bretagne !… Il faut deux heures et demi environ pour faire la distance. A la Nouvelle-Orléans, c’est Mickael (que nous appellerons Michel) et Bryan qui nous attendent. Ils seront nos guides et nos anges-gardiens durant tout le séjour.

Michel et Bryan nous reçoivent et seront nos guides pendant notre séjour en Louisiane

Michel et Bryan nous reçoivent et seront nos guides pendant notre séjour en Louisiane

Michel habite Bâton-Rouge, la capitale de la Louisiane : il est chercheur pour la LSU (Louisiana State University) et Bryan est artiste peintre et tient un centre d’art. Ils sont originaires de la petite ville de Scott comme Mark que l’on rencontrera plus tard. Ils sont locuteurs de langue française et souhaitent promouvoir et défendre cette langue en Louisiane. Ils ont beaucoup de points communs avec les Bretons et la Louisiane également. En Louisiane, il y a entre 4,5 millions d’habitants mais ils ne sont plus que 200 000 à parler le français… Surprenante cette similitude !

Ils nous accompagnent à notre hôtel situé au centre de la ville devant la statue de Robert Edward Lee, héros et général sudiste lors de la guerre de Sécession. La température est d’environ 30°c en Louisiane et il est prévu un orage ce soir… La Louisiane a un climat tropical et c’est aussi un état très agricole où l’on cultive la canne à sucre et le riz principalement.

Au déjeuner, nous testons la soupe « Combo » ou « Gombo » pour certains et le « grilled shrimp Po-boy » pour les autres… Plats typiques de Louisiane. Nous avons ensuite rendez-vous chez Monsieur Le Consul de France pour un cocktail de bienvenue. Monsieur Grégor Trumel est Normand par son père et Breton par sa mère… Il nous accueille magnifiquement au consulat où la musique de fonds est celle du plus Gourinois des chanteurs Bretons : Alan Stivell.

IMG_0566

Réception chez Monsieur Le Consul de France Grégor Trumel

Une Penn-ar-box sera offerte à Monsieur Le Consul. Il est ravi.

Ce soir, le Collective jouera au pub « Irish House » de La Nouvelle-Orléans. Ce pub est connu pour inviter chaque semaine des groupes de musiciens internationaux et ce soir ce sera la Bretagne en l’honneur de la Fête de la Bretagne.

Concert à l'Irish House

Concert à l’Irish House

Une particularité ce soir : Séverine Cholet, crêpière, est invité par le pub pour faire des « galettes-saucisses ». Vous l’aurez deviné, Séverine est Brétillienne d’origine. Elle demeure en Louisiane depuis 5 ans environ (mariée à un Américain) et elle se déplace avec ses biligs pour faire des crêpes chez les gens ou bien dans des points de rencontre comme ce soir au pub. Son entreprise s’appelle « CREPES RENDEZ-VOUS ». Nous sommes très heureux d’avoir fait sa connaissance.

Bruno Jaouen, Vice-président du FIL et Séverine Cholet

Bruno Jaouen, Vice-président du FIL et Séverine Cholet

La soirée est décontractée et le public tombe sous le charme des musiciens bretons.

Patrick Davis, sa conjointe et sa fille Renée

Patrick Davis, sa conjointe et sa fille Renée

Un Couple d’Américains accompagné de leur fille Renée sont arrivés très tôt et se sont mis sur une des premières tables pour ne rien manquer de la soirée. Il s’agit de Patrick DAVIS. Il est Cadien et parle un peu français. Toutefois, il est fier de nous présenter sa fille qui apprend le français à l’école. Son ancêtre Cadien est Pierre-Joachim-René de SAINT-GERMAIN qui serait arrivé en Acadie (Nouvelle-France) vers 1760. Cet ancêtre est né à Bézouges-la-Pérouse en Ille et Vilaine (35) le 19 juillet 1741, il s’est marié à Marie-Blanche BERGERON le 1er mai 1771 à Saint-Jacques (Saint-James) en Louisiane… Patrick et sa famille ont passé une excellente soirée et ils sont venus nous le dire.

Drapeau Cadien

Drapeau Cadien: La Stella-Marie représente l’origine Acadienne, les fleurs de lys représentent la France et le château représente l’hospitalité et la protection espagnole (Castille).

En ce jour de la Saint-Yves, chère à l’Histoire des Bretons, Michel et Bryan me diront qu’ici on appelle les habitants les « Cadiens » et que ce sont des journalistes Parisiens mal informés qui les ont appelés « Cajuns » car attention, il s’agit d’un anglicisme puisqu’en anglais on prononce ce mot « Cadiens » également. Je trouve cela important car ce peuple se rapproche encore plus ainsi de ses racines Acadiennes et de son Histoire.

l'Acadiane

L’Acadiane (en rose)

Ce soir, nous avons fait la connaissance également de Susan Karimiha et de David Picha, amis de Michel et Bryan, tous chercheurs au LSA (Louisiana State University) où nous avons rendez-vous demain après-midi. Il existe un potentiel d’échange à mettre en place avec les universités bretonnes et notamment sur les polymères. Nous vous en parlerons dans notre prochain article. Nous rentrons à l’hôtel (pour une partie du groupe) et l’orage éclate… alors que l’autre partie visite le « quartier français » avec Mark qui les sauvera avec son « truck ». Tout ce beau monde rentrera à l’hôtel sain et sauf.

 

Deuxième étape: Saint-Louis (jour 2)

Barbara et Grégory Koppe, ex-président de l'Alliance Française, mes hôtes m'ont accueilli ce dimanche matin par le traditionnel brunch américain et le fameux Bloody Mary...

Barbara et Grégory Koppe, excellent cuisinier et ex-président de l’Alliance Française, mes hôtes, m’ont accueilli ce dimanche matin par le traditionnel brunch américain et le fameux Bloody Mary…

Le Collective de Breizh Amérika reste sous le charme du très bon accueil de l’Alliance Française de Saint-Louis. En ce dimanche 15 mai, c’est quartier libre jusqu’à midi. Chaque membre du Collectif est accueilli dans une famille…

Quartier libre à Saint-Louis (Missouri)

IMG_0336 IMG_0339 IMG_0340

GRAND CONCERT DE SAINT-LOUIS

Par contre, c’est ce soir le deuxième grand concert de la tournée Breizh on the road…again 2016! Il se déroulera dans une des plus vieilles salles de « folk song » du Missouri, The Focal Point.

Tous les musiciens ont été très bien accueillis.

Concert au Focal Point de Saint-Louis

Concert au Focal Point de Saint-Louis

De gauche à droite: Lors Landat, Thomas Moisson, Alex Asher et Julien Le Mentec.

CONCERT AU FOCAL POINT

Le Collective à rendez-vous dans cette salle de concert où ils sont accueillis par Jean qui a étudié le français et qui sera notre régisseur ce soir. On procède au déballage du matériel et à la balance du son.

The Point Focal est une salle « Vintage » et tout à fait mythique puisque de nombreux groupes s’y sont produits, ce qui fait sa réputation. L’accordéoniste, Thomas Moisson, qui est aussi ingénieur acoustique de son métier, explique que ce bâtiment a été construit en 1920 avec un plancher de bois franc qui donne un charme à ce lieu mais joue un rôle très important pour le son recherché lors des concerts et colle très bien avec la musique folk. Avec des sièges mobiles de type « cinéma » ou « théâtre », on peut modifier l’agencement de la salle.

Ce soir, on disposera ces sièges en « mode concert » avec une place devant et derrière pour les danseurs s’il y en a…. Et il y en aura !…

Le concert se déroulera ici en deux parties entrecoupées d’un entracte.

Danseurs au Focal Point de Saint-Louis

Danseurs au Focal Point de Saint-Louis

La salle est presque complète ce soir. Il y a quelques Bretons bien sûr mais aussi des membres de l’Alliance Française que l’on a convaincu à venir hier après-midi lors de la conférence. Toutefois, la majeure partie est américaine. On notera la présence d’un responsable de la culture irlandaise.

Le concert commence : Après l’accueil du propriétaire, Charles Kergaravat présente le groupe composé de Thomas Moisson et son compère Lors landat, suivi de Julien Le Mentec à la basse et de l’Américain Alex Asher, tromboniste. Alex réalise une performance à chaque fois avec son instrument, qui est peu banal dans la composition habituellement que l’on peut trouver en Bretagne : c’est ça la touche américaine et l’ouverture sur le monde! N’oublions pas que ce musicien de jazz au départ est aussi bien à l’aise avec la musique traditionnelle du Collectif de Bretons qu’avec la chanteuse Beyoncé qu’il accompagnait dernièrement, ou encore un chanteur comme Boy Georges qu’il rejoindra après cette tournée. Ce musicien est talentueux et connait bien la Bretagne et ses festoù-noz pour l’avoir visité il y a deux ans. Il enseigne même la musique bretonne à la French School de New-York.

Comme prévu, le public en redemandera. Lors Landat fera la démonstration des pas de gavotte pour permettre à ceux et à celles qui ne connaissent pas, de participer.

Bien entendu, cette soirée s’achève et sera trop courte pour nos Bretons présents. Le public fera une « standing ovation ». Ils sont forts à Saint-Louis, ils auront fêté la Bretagne comme il faut.

Le lendemain, en chemin (route 66) Julien Le Mentec fait le point sur cette soirée…

Première étape: Détroit (Michigan)

Ce premier article d’une série de huit vous présente la tournée 2016 de Breizh-Amerika et de son collectif de musiciens.

Charles Kergaravat est l’initiateur de cette tournée avec l’association Breizh-Amerika. En ma qualité de président de l’association Bretagne TransAmerica, nous soutenons sans condition son initiative et accompagnons Charles et le groupe afin de rendre compte (de façon objective et sans contrainte) de la promotion de notre région qui est réalisée en Amérique et des échanges économiques qui pourraient se nouer entre la Bretagne et les États-Unis. On ne peut pas dire que cela n’est pas possible puisque nous l’avons fait!

Detroit, Michigan connu comme étant la grande cité de l’automobile (Ford, General Motors, Chrysler) où le Breizh Amerika Collective inaugure la Fête de la Bretagne aux USA.

Les enfants intrigués par l'accordéon de Thomas Moisson du Breizh-Amerika Collective 2016

Les enfants intrigués par l’accordéon de Thomas Moisson du Breizh-Amerika Collective 2016

Le Collective a débuté sa journée à la French School of Detroit où 75 enfants ont écouté attentivement Charles Kergaravat, Thomas Moisson, et Julien Le Mentec leur apprendre à connaître leur région de Bretagne et sa culture. Un petit Breton a été désigné pour mener la danse qu’on venait de leur apprendre. Toutes les classes et leurs instituteurs ont participé à l’apprentissage de l’hanter-dro pour la Fête de la Bretagne.

Visite du Motown de Detroit

Visite du Motown de Detroit

La journée a continué par la visite du musée Motown, La Mecque de la musique aux USA. Ce studio est situé au centre de Detroit, est réputé pour avoir fait germer des stars comme Stevie Wonder, les Jackson 5, Marvin Gaye, Diana Rose et les Suprêmes. Dans le musée, on retrouve un don de son vivant, de Michael Jackson : son gant préféré.

Le concert du soir a été organisé par L’Institut Français de Michigan et L’Alliance Française de Detroit et sponsorisé par une entreprise finistérienne, Actu-Plast. Bretons, Français, et Américains ont apprécié 1h30 de la nouvelle création proposée par le Breizh Amerika Collective. Les bénévoles de L’institut et de l’Alliance, dont une partie des membres sont expatriés bretons, ont préparé un buffet avec pâté, crêpes, far, et cidre breton. Le président de l’Alliance nous a confié avoir été dans l’obligation de rajouter des tables compte tenu d’une forte réservation.

Le public néophyte était timide dans un premier temps pour engager des pas de danse mais se sont laissés convaincre par le talent du Collective et ont enchaîné An-Dro et Hanter-Dro avant la fin.

Camille dont les parents viennent de Douarnenez, répond à nos premières questions…

Une vidéo retraçant le séjour de Breizh-Amerika et les échanges culturels et économiques avec les États-Unis sera présentée au Château de Tronjoly de Gourin avec une exposition de photographies. Cette exposition débute le 1er juillet 2016 et se termine le 31 aout 2016 et est réalisée en association avec Bretagne TransAmerica et A Ciel Ouvert. L’entrée est libre et elle est ouverte tous les jours de 11h à 12h et de 14h à 18h.

A noter également qu’un collectage-vidéo de témoignages de Bretons émigrés en Amérique aura lieu lors de la Fête de la crêpe à Gourin les 30 et 31 juillet 2016.

Retour sur « Breizh on the road » 2015 (le film)

Filmé entièrement aux USA du 16 au 22 mai 2015 – 1h10:

Lors de la Fête de la Bretagne 2015, Charles Kergaravat, président de l’association Breizh-Amerika a envoyé quatre musiciens et chanteurs Bretons faire une tournée aux États-Unis pour promouvoir la culture bretonne auprès des Américains.

Ce film retrace la tournée d’une semaine dans les villes de New-York, Rochester, Cleveland, Chicago, Albuquerque et Santa-Fé…

Durant ce voyage, Jean François Baudet, président de Bretagne TransAmerica à Gourin, rencontre des Bretons installés aux Etats-Unis.

Jean François Baudet et Charles Kergaravat interview différentes personnes…

 

Remerciements:

sponsors

sponsors

 

Les membres du Breizh Amerika Colletive 2015 (Bretons et Garifunes): Armel An Heger, Alain Leclere, Gaëtan Grangjean, Thomas Moisson, James Lovell, Owusu Slater et Alex Colon

Fête de la Bretagne 2016

Fête de la Bretagne 2016

 

1988: Gourin sous les drapeaux américains pour une semaine de retrouvailles

1988: Gourin sous les drapeaux américains pour une semaine de retrouvailles

1988: Gourin sous les drapeaux américains pour une semaine de retrouvailles

Avant première en France au Cinéma Jeanne d’Arc pour le film “The Immigrant”

Jean-François Baudet, président de BTA, Josette Jouas et Christiane Jamet, toutes deux vice-présidentes, et Matthieu Péron, président du cinéma, ont proposé une soirée sur l'émigration aux Etats-Unis. |

Jean-François Baudet, président de BTA, Josette Jouas et Christiane Jamet, toutes deux vice-présidentes, et Matthieu Péron, président du cinéma, ont proposé une soirée sur l’émigration aux Etats-Unis. | Photo: Pierre-Marie Quémeneur

bouton_accueil

Vendredi  23 novembre 2013 à 21h, L’équipe du Cinéma de Gourin avait obtenu la diffusion en avant-première en France du film hollywoodien “The Immigrant”. Matthieu Perron, le directeur, nous dit avoir réussi à obtenir ce film grâce à BTA mais notez que ce fut plutôt un très grand honneur pour notre association d’être présente. Une soixantaine de personnes étaient là!
1921. Ewa et sa sœur Magda quittent leur Pologne natale pour la terre promise, New York. Arrivées à Ellis Island, Magda, atteinte de tuberculose, est placée en quarantaine. Ewa, seule et désemparée, tombe dans les filets de Bruno, un souteneur sans scrupules. Pour sauver sa sœur, elle est prête à tous les sacrifices et se livre, résignée, à la prostitution. L’arrivée d’Orlando, illusionniste et cousin de Bruno, lui redonne confiance et l’espoir de jours meilleurs. Mais c’est sans compter sur la jalousie de Bruno…
Belle intrigue avec une mise en scène remarquable. Cette histoire est la pire situation que souhaitaient rencontrer les immigrants d’où qu’ils viennent!… Une Marion Cotillard qui se transforme tout au long du film…  Beaux et bons acteurs! Images dans les couleurs brunes comme à l’époque. Il s’agit d’un film construit avec une partie de souvenirs de l’histoire de la famille de James Gray ou plutôt ce que lui a raconté sa famille.
Josette Jouas a finalement relativisé ce qui se passait à Ellis Island à cette époque et notamment la corruption du personnel qui était plutôt “clean” dans les années 20… Elle a raconté quelques anecdotes de Bretons arrivant à Ellis Island. Les mésaventures comme celles du film étaient plutôt rares dans des familles soudées comme l’étaient les Bretons à l’époque. Josette a fait le point sur la situation où les Bretons travaillaient soit ouvriers dans les usines ou plutôt au service de grandes exploitations dans la campagne… Au Canada, ou plutôt lors de la conquête de l’Ouest-Canadien, c’était encore différent car organisé par le clergé et les missionnaires Oblats!
Photo: Pierre-Marie Quévesseur, journaliste à Ouest-France.

The Immigrant

The Immigrant avec Marion Cotillard

Ile-de-Sein: Quatre documentaires sur l’émigration bretonne

La réalisatrice Sophie Averty et Josette Jouas accueillies par la population de l'Ile-de-Sein

La réalisatrice Sophie Averty et Josette Jouas accueillies par la population de l’Ile-de-Sein (Photo: Ouest-France)

Samedi, l’association Sant-Guenole, en contact avec Erwan Moalic de Daoulagad Breizh, a présenté quatre films documentaires sur l’émigration bretonne : Les employés de maisons pour ou contre Paris, L’exil, Les Américains des montagnes noires et Hot dog ont été projetés dans la salle Saint-Guenolé. Josiane Jouas était présente. Née à Gourin, élevée aux États-Unis, elle s’est spécialisée dans l’interculturalité. Revenue vivre en France, cette émigration n’a cessé de l’interroger et a donné naissance au livre Ces Bretons d’Amérique du Nord. Un autre sujet d’émigration a été traité avec le film Cause commune, qui retrace le parcours d’une quarantaine de familles roms dans la commune d’Indre (Loire-Atlantique). Sa réalisatrice Sophie Averty et la cinquantaine de Sénans présents ont échangé leurs réactions et parfois leurs histoires sur le déplacement géographique volontaire et parfois indispensable de la population.

Ouest-France du 18 novembre 2013