Archives de Catégorie: bta

Quatrième étape: Nouvelle-Orléans (Louisiane)

Jeudi 19 mai,

Ce matin, le Collective 2016 prend l’avion de Chicago à La Nouvelle-Orléans. Aux États-Unis, on prend l’avion comme on prend le train en Bretagne !… Il faut deux heures et demi environ pour faire la distance. A la Nouvelle-Orléans, c’est Mickael (que nous appellerons Michel) et Bryan qui nous attendent. Ils seront nos guides et nos anges-gardiens durant tout le séjour.

Michel et Bryan nous reçoivent et seront nos guides pendant notre séjour en Louisiane

Michel et Bryan nous reçoivent et seront nos guides pendant notre séjour en Louisiane

Michel habite Bâton-Rouge, la capitale de la Louisiane : il est chercheur pour la LSU (Louisiana State University) et Bryan est artiste peintre et tient un centre d’art. Ils sont originaires de la petite ville de Scott comme Mark que l’on rencontrera plus tard. Ils sont locuteurs de langue française et souhaitent promouvoir et défendre cette langue en Louisiane. Ils ont beaucoup de points communs avec les Bretons et la Louisiane également. En Louisiane, il y a entre 4,5 millions d’habitants mais ils ne sont plus que 200 000 à parler le français… Surprenante cette similitude !

Ils nous accompagnent à notre hôtel situé au centre de la ville devant la statue de Robert Edward Lee, héros et général sudiste lors de la guerre de Sécession. La température est d’environ 30°c en Louisiane et il est prévu un orage ce soir… La Louisiane a un climat tropical et c’est aussi un état très agricole où l’on cultive la canne à sucre et le riz principalement.

Au déjeuner, nous testons la soupe « Combo » ou « Gombo » pour certains et le « grilled shrimp Po-boy » pour les autres… Plats typiques de Louisiane. Nous avons ensuite rendez-vous chez Monsieur Le Consul de France pour un cocktail de bienvenue. Monsieur Grégor Trumel est Normand par son père et Breton par sa mère… Il nous accueille magnifiquement au consulat où la musique de fonds est celle du plus Gourinois des chanteurs Bretons : Alan Stivell.

IMG_0566

Réception chez Monsieur Le Consul de France Grégor Trumel

Une Penn-ar-box sera offerte à Monsieur Le Consul. Il est ravi.

Ce soir, le Collective jouera au pub « Irish House » de La Nouvelle-Orléans. Ce pub est connu pour inviter chaque semaine des groupes de musiciens internationaux et ce soir ce sera la Bretagne en l’honneur de la Fête de la Bretagne.

Concert à l'Irish House

Concert à l’Irish House

Une particularité ce soir : Séverine Cholet, crêpière, est invité par le pub pour faire des « galettes-saucisses ». Vous l’aurez deviné, Séverine est Brétillienne d’origine. Elle demeure en Louisiane depuis 5 ans environ (mariée à un Américain) et elle se déplace avec ses biligs pour faire des crêpes chez les gens ou bien dans des points de rencontre comme ce soir au pub. Son entreprise s’appelle « CREPES RENDEZ-VOUS ». Nous sommes très heureux d’avoir fait sa connaissance.

Bruno Jaouen, Vice-président du FIL et Séverine Cholet

Bruno Jaouen, Vice-président du FIL et Séverine Cholet

La soirée est décontractée et le public tombe sous le charme des musiciens bretons.

Patrick Davis, sa conjointe et sa fille Renée

Patrick Davis, sa conjointe et sa fille Renée

Un Couple d’Américains accompagné de leur fille Renée sont arrivés très tôt et se sont mis sur une des premières tables pour ne rien manquer de la soirée. Il s’agit de Patrick DAVIS. Il est Cadien et parle un peu français. Toutefois, il est fier de nous présenter sa fille qui apprend le français à l’école. Son ancêtre Cadien est Pierre-Joachim-René de SAINT-GERMAIN qui serait arrivé en Acadie (Nouvelle-France) vers 1760. Cet ancêtre est né à Bézouges-la-Pérouse en Ille et Vilaine (35) le 19 juillet 1741, il s’est marié à Marie-Blanche BERGERON le 1er mai 1771 à Saint-Jacques (Saint-James) en Louisiane… Patrick et sa famille ont passé une excellente soirée et ils sont venus nous le dire.

Drapeau Cadien

Drapeau Cadien: La Stella-Marie représente l’origine Acadienne, les fleurs de lys représentent la France et le château représente l’hospitalité et la protection espagnole (Castille).

En ce jour de la Saint-Yves, chère à l’Histoire des Bretons, Michel et Bryan me diront qu’ici on appelle les habitants les « Cadiens » et que ce sont des journalistes Parisiens mal informés qui les ont appelés « Cajuns » car attention, il s’agit d’un anglicisme puisqu’en anglais on prononce ce mot « Cadiens » également. Je trouve cela important car ce peuple se rapproche encore plus ainsi de ses racines Acadiennes et de son Histoire.

l'Acadiane

L’Acadiane (en rose)

Ce soir, nous avons fait la connaissance également de Susan Karimiha et de David Picha, amis de Michel et Bryan, tous chercheurs au LSA (Louisiana State University) où nous avons rendez-vous demain après-midi. Il existe un potentiel d’échange à mettre en place avec les universités bretonnes et notamment sur les polymères. Nous vous en parlerons dans notre prochain article. Nous rentrons à l’hôtel (pour une partie du groupe) et l’orage éclate… alors que l’autre partie visite le « quartier français » avec Mark qui les sauvera avec son « truck ». Tout ce beau monde rentrera à l’hôtel sain et sauf.

 

Troisième étape; Chicago (Jour 2)

WBEZ en direct sur la bande FM de Chicago...

WBEZ en direct sur la bande FM de Chicago…

Mardi 18 mai, pour cette deuxième journée à Chicago,  nous avons rendez-vous à la radio WBEZ pour une émission en direct ce matin à 11h00.

Réécouter l’émission: https://www.wbez.org/shows/worldview/global-notes-breizh-amerika-collective/bb4d91ae-1aab-41db-a74e-b8530e2e875b

WBEZ est une radio publique non-commerciale à Chicago faisant partie du réseau de la National Public Radio (la radio publique nationale). Elle aurait plus de 400 000 auditeurs chaque semaine à Chicago. L’animateur vedette qui nous reçoit est Tony Sarabia que nous avions déjà rencontré l’année dernière. Cette année, il partage l’antenne avec Jerome McDonell.

Chicago à l'écoute de Breizh-Amerika collective

Chicago à l’écoute de Breizh-Amerika collective

Son émission a quelque peu été modifiée puisqu’elle est diffusée cette année à 11h. Le but de cette émission est de faire connaître la culture à travers la musique mais aussi de raconter l’histoire de notre Bretagne pour les Américains qui ne la connaissent pas et pourquoi pas tisser des liens entre nos deux pays. L’émission d’une heure est divisée en deux parties : La première partie est consacrée au Festival du film de Canne puisque la station a un envoyé spécial sur place et les vingt dernières minutes sont consacrées au Breizh-Amerika Collective.

Cette émission est importante car elle permet de donner quelques extraits de musique du concert qui va être donné ce soir au Old Town Theater de Chicago. On parlera aussi de crêpes, pâté Hénaff et cidre… Ainsi, on donne envie aux Américains de venir voir et écouter la musique bretonne dans le cadre de la semaine de la Fête de la Bretagne dans le monde entier.

L’émission se passe bien et se termine à 11h.

Les musiciens auront ensuite quartier libre dans le centre-ville de Chicago où ils visiteront les magasins et le fameux haricot du Parc Millenium jusqu’à 17h pour rejoindre la salle de concert où aura lieu les balances suivi du concert.

Parc Millenium de Chicago

Parc Millénium de Chicago

La salle magique du Old Scholl Theater sera pleine (environ 200 places) et la prestation du groupe excellente. Monique Hooker Jamet, bretonne née à Gourin, a fait le déplacement depuis le Wisconsin à 5 heures de route d’ici : elle est enchantée et ne fera que des éloges sur le « Collective » et l’ajout du trombone d’Alex Asher est peu banale il faut l’avouer. Ce dernier nous quittera demain car il est appelé par le chanteur Boy George qui entame une nouvelle tournée américaine… Le groupe regrettera Alex qui fut un « boute-en-train » et un excellent musicien dans cette tournée. Nous sommes très fiers de l’avoir rencontré. On espère le revoir très bientôt en Bretagne…

Alex Asher et Boy George...

Alex Asher et Boy George…

Une bonne fatigue atteint le groupe qui se rendra à son hôtel près de l’aéroport de Chicago car demain nous quittons l’Illinois pour la Louisiane. Une nouvelle aventure dans le pays Cadien nous attend.

<iframe src= »https://www.google.com/maps/d/embed?mid=1yzj4gGG74uCJa2NBmRDHr6pct3s &raquo; width= »320″ height= »240″>

Deuxième étape: Saint-Louis (Jour 1)

De bonne heure, nous quittons Detroit par avion et arrivons à Saint-Louis qui est situé plus au sud dans l’état du Missouri. Cette ville a été fondée il y a 250 ans par un Béarnais de la ville de Bedous: Pierre Laclède. Ce territoire lui avait été concédé pour commercer avec les Amérindiens les fourrures que l’on envoyait en Europe. Saint-Louis, appelée ainsi en l’honneur de Louis IX est située exactement à l’endroit où le fleuve Missouri se déverse dans le Mississippi.

First city of the New West

First city of the New West

SAINT-LOUIS (bord du Mississipi): Lors Landat fait le point de notre concert de la veille à Detroit…

Aujourd’hui, c’est une journée de promotion de la Bretagne qui se déroulera au local de l’Alliance Française. Le groupe de musiciens découvre la ville qui est un musée à ciel ouvert, puis le grand parc Forest. Notre guide est Anne-Sophie Blank originaire du Pouldu, Finistère.

Anne-Sophie Plank

Anne-Sophie Plank

Saint-Louis: l'Arche qui relie l'est avec l'ouest de l'Amérique

Saint-Louis: l’Arche qui relie l’est avec l’ouest de l’Amérique

Conférence de Charles Kergaravat à l'Alliance Française

Conférence de Charles Kergaravat à l’Alliance Française

Vers 17h, l’Alliance Française organise une conférence sur la Bretagne présentée par Charles Kergaravat. Cette conférence a pour but de présentée la Bretagne aux Américains. Les clichés sont tenaces mais justement Charles retournera la situation en expliquant les multiples avantages de l’économie bretonne, sa culture et sa beauté. L’histoire de Bretagne rappellera les vraies raisons qui font que la Bretagne est en France. Et ce soir, elle se fera en français puisque c’est l’intérêt pour cette association de promouvoir la langue française. Charles en profitera également de plaider en faveur de la langue bretonne. Puis faute de place, les membres présents sont invités à écouter exactement ce à quoi la langue bretonne ressemble puisque Lors Landat lira un début de roman en breton de son ami David ar Gall.

Lors Landat et Thomas moisson

Lors Landat et Thomas moisson

Avec son compère Thomas Moisson, ils interpréteront une gavotte des montagnes.
Cette soirée s’est terminée par un cocktail offert par l’Alliance Française et une dégustation de produits bretons comme le pâté Hénaff, les gâteaux bretons et tartes, sans oublier le cidre. Les personnes présentes seront décidées à venir voir le grand concert donné le lendemain au célèbre Focal Point Concert qui reçoit des groupes du monde entier depuis 40 ans.

En soirée, l’Alliance Française nous invite à aller au centre-ville de Saint-Louis pour écouter le fameux blues de Saint-Louis.

Christiane Jamet et Jean François Baudet racontent Bretagne TransAmerica sur RCF…

La joie du dialogue ! Les Morbihannais ? Claude Perret les connaît bien ! Voilà déjà 3 ans qu’elle va à leur rencontre tous les jours, chez eux en s’installant au bistrot du village. Autour d’un café, elle reçoit les forces vives de nos petites communes. Claude ne fait pas d’interviews… elle cultive l’art de la conversation et de la curiosité !

Elle a réalisée une série d’émission sur Gourin et jeudi 4 février 2016, elle a réalisée une émission spéciale sur Bretagne TransAmerica. Christiane Jamet et Jean François Baudet ont présenté l’association au restaurant-pizzéria l’Astoria…

Fichier compressé en .zip (il faut télécharger et décompresser – Unzip) http://www.rmnfm.fr/rcf.zip

claude-rcf-2

ag-2016-1.jpg

1988: Un pont entre New York et Gourin

1988: Bretagne Transamerica chef d'orchestre du centenaire de l'émigration

1988: Bretagne Transamerica chef d’orchestre du centenaire de l’émigration (journal Ouest-France)

1988: Un pont entre New York et Gourin

1988: Un pont entre New York et Gourin

1988: Gourin sous les drapeaux américains pour une semaine de retrouvailles

1988: Gourin sous les drapeaux américains pour une semaine de retrouvailles

1988: Gourin sous les drapeaux américains pour une semaine de retrouvailles

1988: Temps forts des fêtes Franco-américaines…

1988: Temps forts des fêtes Franco-américaines

1988: Temps forts des fêtes Franco-américaines (journal Ouest-France)

2016 sera de nouveau l’année de la Nouvelle-France

C’était la Nouvelle-France de 1534 à 1759: Nos cousins sont toujours là!

Carte géopolitique de la Nouvelle-France de 1534 à 1759

Carte n°1: géopolitique de la Nouvelle-France de 1534 à 1759 (source: Wikipédia)

Pour ceux qui l’ignoraient encore, l’exposition « Ces Bretons d’Amérique » s’appelle ainsi en l’honneur des Bretons qui ont œuvré à la création de la Nouvelle-France … jusqu’à aujourd’hui!

Il est important de rappeler que le traité d’Union-Association entre la Bretagne et la France date de 1532… La Bretagne avait une marine qui impressionnait, elle était riche et commerciale. (On sait depuis toujours que les Bretons et les Basques allaient pêcher sur les cotes de Terre-Neuve et qu’ils avaient installés des séchoirs à poissons sur les côtes et îles maritimes canadiennes…) L’histoire de l’Amérique Française débute deux ans plus tard, en 1534 par la « découverte » des terres du Canada par le Breton Jacques Cartier pour l’honneur du roi de France…

… jusqu’à la désastreuse et rapide bataille des plaines d’Abraham de la ville de Québec le 13 septembre 1759 (en effet, elle ne dura que 30 minutes!)

VOICI LA CARTE DE L’ÉPOQUE:

Carte des territoires colonisés ayant constitué la Nouvelle-France (en rose) en 1748

Carte n°2: En rose et jaune: Les territoires colonisés ayant constitué la Nouvelle-France (Canada, Louisiane et Nouvelle-Bretagne) en 1748. En beige: Les colonies britanniques. L’ouest était Amérindien.

Nouvelle Bretagne: Aujourd’hui le Labrador et le Nunavut)

LES MAUDITS FRANÇAIS!

Si vous avez l’occasion de visiter l’oratoire du Mont-Royal à Montréal, il est tout à fait étonnant (pour nous Européens) de constater l’étendu sur la carte géopolitique de ce que représentait la « Nouvelle-France » de 1748!… Cette carte pourrait vexer un colonialiste! C’est peut-être pour cela qu’elle est là!

Cette bataille des plaines d’Abraham de 1759 a eut des conséquences épouvantables sur la géopolitique de la Nouvelle-France: Les 90 000 Français d’alors et leurs descendants ensuite n’ont jamais digéré le fait qu’on les ait laissé ainsi aux mains de nos pires ennemis d’alors! Les Britanniques s’emparaient de toute la partie rose (Le Canada).

Et la partie jaune (La Louisiane)?…me direz-vous? Pourquoi n’a t-elle pas été cédée? Parce que c’est un Breton de Quimper qui la gouvernait à l’époque. Louis Billouart (aliàs Billoart), chevalier, seigneur de Kerlerec qui en sera Gouverneur jusqu’en 1763…

LOUISIANE: ALLER ET RETOUR

1763: C’est la fin de la guerre des sept ans et Paris cède La Louisiane à l’Espagne… La France ne conserve que les Antilles, dont Saint-Domingue. L’opinion française de l’époque considère la conservation des Antilles, « les îles à sucre » comme une victoire et la perte du Canada comme une délivrance…

1765 : C’est l’époque du « grand dérangement ». Sous l’autorité des Espagnols, des Français accueillent des Acadiens du Canada qui s’installent en Louisiane, sans savoir que le territoire n’est plus français. Denis-Nicolas Foucault les installe dans les prairies des Attakapas avec les familles créoles récemment arrivées de Fort Toulouse et de la Mobile.

1800 : Restitution secrète par l’Espagne de la Louisiane à la France dans le cadre du traité de San Ildefonso, négocié par Napoléon, qui vient d’arriver au pouvoir.

CETTE CARTE AURAIT TOUT CHANGE?

Territoires contrôlés par la France entre 1534 et 1763

Carte n° 3: Les territoires contrôlés par la France entre 1534 et 1763.  (Vous remarquerez les noms français). Par contre, ici on a oublié la Nouvelle-Bretagne…

L’INDÉPENDANCE: Désolé, encore un petit rappel

1775-1783:  La guerre d’indépendance opposa les Treize colonies d’Amérique du Nord (partie rouge carte n°3) au Royaume de Grande-Bretagne.  Le 4 décembre 1776, les caprices du vent amenèrent Benjamin Franklin à débarquer à Saint-Goustan (Morbihan), au lieu de Nantes. L’émissaire du congrès des États-Unis d’Amérique se rendit ensuite chez le roi Louis XVI afin d’obtenir le soutien de la France. Sans minimiser Lafayette (dont la mère était Bretonne), un autre personnage aussi important, le Breton Charles Armand Tuffin, marquis de la Rouërie, aida son ami George Washington*. Les Américains l’appelaient aussi « Le colonel Armand** ». Il se distingue à la tête de la première légion de dragons (cavalerie) et participe activement à la bataille de Yorktown. De nombreux marins et mousses bretons sous le commandement de Lafayette (et dont les noms figurent aux château de Tronjoly à Gourin) participeront aux nombreuses batailles maritimes qui permettra cette indépendance…

Un peu plus tard en 1803, la partie jaunâtre, la Louisiane de l’époque (encore minimisée sur la carte de l’époque et située au sud) sera vendue à cette nouvelle fédération des États-Unis d’Amérique (Enfin, là aussi, si Google-Map avait existé, on se serait peut-être rendu compte que cela représentait réellement un très grand territoire). La Louisiane commençait donc de la frontière du Canada (des grands lacs jusqu’au Montana)  et descendant en entonnoir de chaque coté du fleuve du Mississippi jusqu’à la mer par la Nouvelle-Orléans. Soit presque 2/3 du territoire. Rappelons que l’ouest restait  Amérindienne…

VISION CARICATURALE:

Si à l’époque Internet en général avait existé? Peut-être que cela aurait été différent, en effet?
Quelques fois, et même souvent diront certains, il n’est pas rare qu’à Paris, on a une vision déformée de celle des provinciaux et des Bretons en particulier …

« …Vous savez que ces deux nations sont en guerre pour quelques arpents de neige vers le Canada, et qu’elles dépensent pour cette belle guerre beaucoup plus que tout le Canada ne vaut… »

« Quelques arpents de neige » est l’une des citations de Voltaire par lesquelles celui-ci exprimait son évaluation dépréciative de la valeur économique du Canada et, par extension, de la Nouvelle-France. Parce qu’elle exprime de façon concise une vision caricaturale qui avait cours en certains milieux Parisiens de l’époque, cette expression s’est intégrée à la culture populaire québécoise et elle est régulièrement citée au Québec avec une conclusion générale: « Les maudits Français!… »

 QUELS SONT LES ÉTATS DE LA LOUISIANE (Nouvelle-France du coté États-Unis)?

Carte des acquisitions territoriales des États-Unis d'Amérique.

Carte n°4: Les acquisitions territoriales des États-Unis d’Amérique – En beige (moins les 13 États fondateurs) et en blanc, la Louisiane cédée de Napoléon est décomposée en plusieurs états… (cliquez sur la carte pour agrandir)

 

Si Google-Map avait existé?… Pour notre association, 2016 sera l’année de la Nouvelle-France et plus particulièrement de la Louisiane et du Mississippi… Bonne année à tous!

Jean François Baudet
président de Bretagne TransAmerica btagourin.com

auabtMerci au cabinet d’architecture de Leuhan qui a permis la création des panneaux de l’exposition « Ces Bretons d’Amérique » visible tous les étés au château de Tronjoly à Gourin – 56

Devise du Minnesota: L'étoile du nord

Devise du Minnesota: L’étoile du nord (auparavant: Pays d’en haut)

*Saviez-vous que le premier président des États-Unis a écrit de nombreuses correspondances et recommandations sur le « Colonel Armand: marquis de la Roue͏̈rie »?

** Après le débarquement en Normandie, lors de la libération de la Bretagne en 1944, le Lieutenant-général Patton, commandant des forces alliés, rendit un hommage militaire au château du « Colonel Armand ». Notez que le colonel Armand était aussi l’organisateur de l’Association bretonne… C‘est peut-être pour cela que l’on n’en parle pas beaucoup! Nous allons également lui rendre honneur en 2016.

La Grande Traversée

logos

LA GRANDE TRAVERSÉE est l’histoire unique de l’émigration massive de Centre-Bretons en Amérique du Nord.
Il s’agit d’un film cinématographique réalisé par Philippe Orreindy qui dure 52 minutes.
Il a été diffusé la première fois au Cinéma Jeanne d’Arc vendredi 6 novembre 2015…

Visualiser la vidéo complète ici (vALABLE SEULEMENT 6 JOURS sur le site de france 3)

Christiane Jamet dans le film LA GRANDE TRAVERSEE

Christiane Jamet dans le film LA GRANDE TRAVERSEE

Le réalisateur et les acteurs

La Grande Traversée

La Grande Traversée

PREMIÈRE  du vendredi 6 novembre 2015 à 18h.

La plus grande histoire de l’émigration bretonne.

La Grande Traversée

La Grande Traversée

Synopsis: Gourin petite ville de 5000 âmes aux confins du Morbihan a été au cœur de « la plus importante histoire de l’émigration bretonne ».

Dès la fin du 19ème, poussés par la nécessité, ils seront des milliers à faire « la grande traversée » pour aller tenter leur chance aux États-Unis.

« On estime à quelques 115 000 le nombre de Bretons ayant émigré aux Amériques entre 1880 et 1970. Durant la même période, plus de 800 000 Bretons émigraient dans d’autres régions de France. Un Breton sur sept part donc aux Amériques. L’histoire de Gourin et sa région est intimement liée à l’émigration bretonne vers les États-Unis et le Canada.

A travers des témoignages intimes et documents d’époque, ce film raconte cette formidable épopée humaine.

Film de Morgane Groupe avec le soutien de la Région Bretagne en partenariat avec le CNC, de la Procirep et de l’Angoa.

Une scène inédite de Gourin vue par un drone au début du film…

drone à Gourin

Images inédites de Gourin par un drone

Le film et le realisateur

Durée: 52 minutes

Année: 2015

Réalisateur: Orreindy Philippe
Production:Bleu Iroise Arsenal
Diffuseur: France 3 Bretagne
Date: Samedi 14 novembre 2015 à 15h20 sur France 3 Bretagne
Lundi 23 novembre 2015 à 8h50 sur France 3 Bretagne, Pays de la Loire, Basse et Haute-Normandie, Paris Ile de France et Centre-Val de Loire

Genre: Documentaire / unitaire

Philippe Orriendy

Philippe Orreindy

Philippe ORREINDY: Auteur – réalisateur

Depuis une quinzaine d’années, Philippe Orreindy a réalisé plus de 200 films : commandes pour de grands groupes, documentaires et séries de shorts à caractère culturel pour la télévision.

Après le succès de son court-métrage « J’attendrai le suivant… » (nommé aux Oscar, aux César et qui a reçu plus de 35 prix internationaux, dont l' »European Film Award”, l’Oscar européen), il s’est dirigé également vers l’écriture de fiction de long-métrage.

Deux ans de travail… en collaboration avec Bretagne TransAmerica.
Ce film documentaire long métrage de Philippe Orriendy sur l’émigration bretonne « La Grande Traversée » a été largement documenté par Bretagne TransAmerica et a été tourné avec des membres de notre association comme: Christiane Jamet, Josette Jouas, Joël Sévénéant et Charles Kergaravat…

Cinéma Jeanne d'Arc

Cinéma Jeanne d’Arc

Cinéma Jeanne d’Arc: 

 

La projection a été suivie d’un débat avec le public, et d’un cocktail. Bleu Iroise, en partenariat avec le service communication de France 3, a coordonné l’organisation de cette soirée.

RÉACTIONS DU PUBLIC:

La plupart des 150 spectateurs ont appréciés le film. La salle de cinéma était presque complète. De nombreuses personnes présentes avaient un rapport avec l’émigration: soit ils avaient eux-même émigrés ou soit ils avaient ou ont encore de la famille aux États-Unis et au Canada. Les images de ces Bretons que l’on connait alternaient avec celle des guerres et de pauvreté. Les témoignages des acteurs font passer de la joie à des souffrances et inversement. L’émotion est là et a été ressenti au fond de nous car cette histoire, tout le monde la connait finalement! Ici Philippe Orreindy nous apporte son professionnalisme avec la narration, les archives, les images et le son.

De nombreuses anecdotes sont revenues en mémoire et de nombreuses personnes voulaient raconter leurs propres histoires de famille et notamment l’histoire du grand-parent ou arrière grand-parent revenu du Canada pour la guerre…

Ce film cinématographique explique l’émigration vers les USA et le public ravi du résultat réclame maintenant la suite: Le Canada.

Mais les budgets ne sont pas là nous répondra la production.

NOTRE RENCONTRE

Notez que Philippe Orreindy a pris contact avec Bretagne TransAmerica il y a presque 3 ans grâce à l’intermédiaire de Matthieu Peron, le directeur du Cinéma de Gourin qui avait organisé un festival du court métrage et Philippe Orreindy présentait à l’époque un film sur l’Art dans les chapelles…Philippe avait été étonné de voir une statue de la Liberté à Gourin. Matthieu Peron m’a présenté  le réalisateur… et voila l’histoire! Philippe est allé à New-York et a rencontré aussi les Bretons d’Amérique comme Charles Kergaravat de Breizh Amerika qui témoigne avec ses trois nationalités: Américaine, Française et Bretonne.

LES ARCHIVES

D’ailleurs de nombreuses questions se posent concernant les archives de ce film. Des archives cinématographiques proviennent de grandes maisons comme la Cinémathèque de Bretagne et l’INA concernant les vues de guerre du coté de Brest. Les photos de famille et les vidéo amateurs proviennent des membres de Bretagne TransAmerica principalement. Depuis une dizaine d’année, BTA collecte des photos et des documents vidéo qui sont présents dans le film. Ces documents ont été sauvés grâce à notre volonté de préserver notre histoire et aussi financièrement grâce à la volonté des élus locaux de la municipalité et de la communauté de commune. Les autres paliers gouvernementaux ne participent pas…

TEMOIGNAGES:

Vous souhaitez témoigner sur l’histoire de votre grand-parent ou bien la votre autour d’un café-crêpe?

Bretagne TransAmerica souhaite vous enregistrer aussi!

Téléphonez-nous au: 06 65 13 08 65 (Jean François Baudet, président)

ou par mail: bretagnetransamerica@hotmail.fr

Nous recherchons notamment des documents sur le Canada et les États-Unis. Si vous avez des films super 8 ou des vidéos, ce serait le bonheur!

 

 

 

 

« Ces Bretons d’Amérique » et « Breizh on the road »: plus de 2000 visiteurs

Plus de 2000 personnes ont visité les expositions:

Danielle, Yolande, Louis et Didier Pennou

Danielle, Yolande, Louis et Didier Pennou

Bonjour M. Baudet,

Nous sommes de retour à Montréal.
Ce fut un plaisir que de vous rencontrer et de … oh surprise ! retrouver des documents et photos de l’Union des bretons de Montréal et du cercle Le Triskell … nous ne nous attendions vraiment pas à cela.
Vous trouverez, ci-joint, tel que promis la photo que vous avez prise de nous quatre. Ma femme, Danielle, ma belle-soeur, Yolande, mon frère Louis qui demeure à Brest et moi, Didier Pennou
Au moment de notre rencontre, nous ne le savions pas, mais nous avons logé à Scaer, au Clos St-André, et le mari de la propriétaire, que nous n’avons pu voir parce qu’il était malade, avait une cousine à Montréal, une nommée Pendu, mariée avec un M. Bizien qui, si nous ne nous trompons pas, était très actif au sein de l’Union.
La visite que vous nous avez fait faire des lieux a été des plus intéressantes et nous en gardons un excellent souvenir.
Nos meilleures salutations.

Didier et Danielle Pennou