75eme anniversaire du débarquement.

Libération…

Compte tenu de la crise sanitaire, la fête qui devait avoir lieu en 2020 a été reportée en 2021…

Fête de la Libération de Gourin au Château de Tronjoly le 7 aout 2021.
Libération de Gourin par les troupes américaines en 1944.

Jean-Marc Arthot a réalisé un chef-d’oeuvre avec cette affiche en hommage à la Libération de Gourin par les troupes américaines en 1944.

Cérémonie à Gourin le dimanche 8 aout et hommage aux résistants dont Jean Guillemot.

Toutes les informations sur le site des organisateurs: Gourin Historique

Autres manifestations

Visite de Monsieur Le Consul des Etats-Unis d’Amérique à Rennes le 8 mai 2021… Ici en compagnie des représentants de BTA et Eric Beaty, attachée commercial du consulat.
James du Vernay et la famille du dernier résistant Raymond Birrien.
8 mai 2021: cérémonie en Centre-ville de Gourin
Anthony Le Duigou et Raymond Birrien: Salle des mariage de la mairie de Gourin.

Parachutage de Kerbiquet en juillet 1944 (histoire de Raymond Birrien, dernier résistant gourinois) par Pierre-Marie Quesseveur, co-président de Gourin Historique.

En juillet 1944, un avion allié, guidé par les lumières des maquisards, a parachuté des containeurs d’armes dans une prairie du village de Kerbiquet, sur la commune de Gourin.

Les résistants vont passer une partie de la nuit à les récupérer, avant de les cacher, puis de les charger sur une charrette qui sera conduite par un chemin creux jusqu’au village de Kerbern, en passant par Sainte Julienne.

Arrivés sur place la trentaine de membres de la compagnie Jean Le Couttaler, va cantonner avec le chargement dans une longère désaffectée. Parmi eux un tout jeune homme âgé de 18 ans qui a rejoint les maquisards en juin 1944, Raymond Birrien.

Histoire d’un drapeau

Lorsque le groupe de maquisard a quitté la longère en 1944 il a oublié son drapeau français qui était caché en haut d’un mur.

La ferme a été rachetée une soixantaine d’années plus tard par Anthony Le Duigou qui l’a retrouvé en rénovant le bâtiment.

En 2017 Raymond est parti au volant de sa peugeot 205 pour voir ce qu’était devenu le village de Kerbern.

Ne trouvant personne il a regagné son domicile mais Anthony a su qu’un ancien résistant était passé dans le village. Il s’est mis à le rechercher et l’a finalement retrouvé pour lui rendre son drapeau.

Celui-ci a été encadré et trône désormais dans la salle des mariages de la mairie de Gourin.

Author était le nom du code du Débarquement…

Avec Eric Beaty, Helen Patton, Jacques Chaigneau
Avec Eric Beaty, Helen Patton, Jacques Chaigneau

Une plaque commémorative a été inaugurée devant les plages costarmoricaines. Une association regroupant neuf communes des Cotes d’Armor est née pour célébrer le débarquement des Alliés en 1944.

La petite-fille du Général S. Patton Junior, Helen Patton, était la marraine de la reconstitution historique « Piper Operation Cobra », qui s’est déroulée cet été, en Normandie d’abord puis en aout à Plestin-Les-Grèves (Cotes d’Armor).

Jacques Chaigneau de l’Association des Anciens Combattants d’Outre-Mer et du Tchad était le porte-drapeau américain. Présence également d’Eric Beaty, Chargé Commercial auprès du Consulat des États-Unis pour le Grand Ouest à Rennes..

Peu de gens savent qu’au début août 1944, deux mois après le débarquement sur les plages de Normandie, le général Patton, arrivant en Bretagne (Saint-Ouen de la Rouërie), a réclamé implicitement visiter le château du Colonel Armand, Brigadier-général des troupes continentales, ami de Washington, héros de la Révolution américaine. Le général Patton a souhaité saluer ce Breton qui a participé à la libération en 1776 des États-Unis 🇺🇸 en remportant de nombreuses batailles dont celle de Yorktown décisive contre l’Empire britannique… Nous retraçons son histoire au Château de Tronjoly à Gourin dans l’exposition « Ces Bretons d’Amérique ».

Borne de la Liberté

Des bornes de la Liberté ont été délivrées lors du 50e anniversaire du débarquement. A Gourin, libéré le 5 aout 1944, la borne est visible au Château de Tronjoly. Une reconstitution des évènement de la Libération de Gourin devrait avoir lieu le 5 aout 2020…

Borne de la Liberté à Gourin
Borne de la Liberté à Gourin (Château de Tronjoly).

Le premier mort de l’Opération Overlord était un Breton : Emile Bouétard, est mort à Plumelec dans la nuit du 5 au 6 juin 1944.

Emile Bouétard n’avait que 28 ans lorsqu’il est mort dans la nuit du 5 au 6 juin 1944. Ce Breton, originaire de Pleudihen-sur-Rance dans les Côtes d’Armor, a été tué à Plumelec dans le Morbihan, son groupe avait été repéré et attaqué. Il a ensuite été considéré comme le premier mort du Débarquement, alors que les premiers parachutistes de l’Opération Overlord sautaient en Bretagne avant ceux qui seront largués en Normandie.

Il avait rejoint la Grande-Bretagne en 1943 et s’était porté volontaire pour être parachutiste, intégré dans l’une des unités françaises des SAS britanniques.